Ouaga-Dori / 265km

Publié le par Vincent Colin

A 20km de Ouaga, c'est déjà un paysage semi désertique. Un peu plus loin, les baobabs jalonnent la route, les habitations sont des petites cases rondes au toit de paille pointu. La 1ere partie du voyage se déroule bien, la route est goudronnée tout le long, 100km avant l'étape à Kaya.

Comme prévu la mob consomme environ 2L/100km ce qui en fait un moyen de transport moins cher que le bus! Par contre je ne dépasse pas encore le 50km/h!

Repartit de Kaya de bonne heure, j'aperçois la fin de la route 6km plus loin. Place à la piste, pire même, la tôle ondulée. C'est un peu comme de petites vagues en travers de la piste qui rendent la conduite impossible, on se fait secouer sans rien pouvoir faire... Parfois, on peut esquiver et prendre le petit chemin sinueux qui longe le bord de la piste, généralement emprunté par les piétons et les vélos; et la c'est le bonheur, debout sur les pédales, avec l'impression de conduire une vraie moto cross! VRRRRMMMMM!!! Et quand le chemin disparaît ça redevient l'enfer! 30km/h parfois 20 seulement avant de s'arrêter et se demander pourquoi j'ai eu l'idée d'aller rouler sur cette piste!

Les paysages sont sublimes, des images pleins la tête, un vieux qui raconte une histoire à un groupe de gamin à l'ombre sous un arbre, des femmes qui pillent le grain à tour de rôle en plein soleil, les villages entourés de baobabs, un chamelier et sa monture au beau milieu de nulle part, bref j'en prend plein les yeux.

130km et 5 heures plus tard, j'arrive à Bani, le village au 7 mosquées. J'y reste 2 jours, et on me fait découvrir un village perdu dans la brousse en 4x4 grâce à une ONG. Les enfant sont partout, leur vêtements en lambeaux, peut être 70% de la population a moins de 15 ans, c'est à peine croyable!! Le chef du village me dit "les enfants, y'en a trop beaucoup!!"

Bani-Dori, 40km, j'arrive rouge de poussière, l'Harmattan, le vent du désert s'est réveillé. Je suis maintenant dans le Sahel. Tous les jours je suis invité à manger chez des amis, et prendre le thé arabe. J'y passe même toute la journée, le coup du thé ça prends facile 3 heures. On fait 3 thés à la suite, le 1er amer comme la mort, le 2eme doux comme l'amitié, et le 3eme sucré comme l'amour.

J'ai essayé le taxi brousse pour faire un tour à Gorom le jour du marché. 75km, 2 pannes, la direction et les roulements de l'essieu arrière, toutes les 2 réparés au marteau!!! 4 heures pour faire les 75km!!! J'aurai fait mieux en mob!

Vidéo au mileu de nulle part
Vidéo dans la brousse en 4x4

Only 20km after leaving Ouaga and landscapes becomes already very dry. Baobabs, smalls villages with grass roof are part of the scenery.
The first leg of the journey goes quiet straight forward, 100Km on a sealed road before a stop in Kaya for the night. As planned, the moped burns about 2L/100Km, which makes it cheaper than buses!
Woke up early the next day, ready to leave as heat is still bearable. 6 km later, the sealed road disappears to be replaced by an earth track, a really bad one, like a field of small waves which makes it toooo bumpy... First meeting with “washing board”!
Sometimes it's possible to ride on a small pass along the main one, used by walkers and cycles. Then it's really nice, feeling like I'm on a real big off-road bike, even sounds "almost" similar!!!
But when the pass is finished, it' back in hell, speed average being less than 20km/h
Anyway, landscapes are beautiful, villages surrounded by baobabs, some nice life scene like an old man tell stories to a group of children under a tree, camels and touaregs in the middle of nowhere, etc, etc (my English’s not good enough to describe!)
130 km and 5 hours later I reach Bani, the seven mosques village.
I'll stay there for 2 days, the town looks like a ghost place, just wind and sand...
Had a ride in a 4X4 car in the bushes, en route for a small village full of kids as it's often the case in rural Burkina. "Too much kid says the village headmaster, people making too much"!!!

Bani - Dori 40km
I arrive all covered with red dust, the Harmattan, the desert wind woke up during the night. I'm in the
Sahel now.

Every day, I'm invited to have lunch to some local friends. I spend most of my days chatting around sahelian tea, 3 following teas, from the same pot, boiled 3 times, sweeter and sweeter.

I've tried bush taxi for a ride up to Gorom (market dry). 75km, 2 breakdowns! Direction, and back ball bearing broken, both repaired with a hammer! 4 hours to ride 75 km, I would have do better on my moped!

Publié dans Burkina Faso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Val 16/02/2005 05:08

Salut Vince!
J'hallucine sur la mob avec le top case!
En tout cas ça à l'air terrible, profite bien mon salaud et fait gaffe à toi....

pascal 09/02/2005 18:04

salut vince, on s'est raté depuis mon retour d'asie et avant ton départ , mais ça fait plaisir de voir ta tronche. ta mob aussi, bricolée à l'ancienne comme il se doit. à quand la photo déguisé en motte de terre rouge? bon courage, enjoy / pascal

anne 09/02/2005 11:50

Salut Vincent !!!
C' est anne, la fille rencontrée à bani qui t' a fait trouver les brochettes !!!
je suis rentrée hier du Bk
J' espère que tout se déroule bien pour toiJe vais suivre ton periple sur le net
A +
Anne

laurent 02/02/2005 11:40

C'est bien beau tout ça, mais c'est quand qu'il t'arrives les premières difficultés??
Genre rencontre avec des flics, crevaison au milieu de nul part...l'aventure, c'est ce que tu cherches je crois. Je te demande pas de chercher les problèmes, mais tu vas les trouver,c'est sûr!

Vivement la premiere frontiere et les premiers bakshishs!

Laurent (R)